En ces temps de crise, le nombre de chômeurs ne cesse d’augmenter. Heureusement, il existe quelques associations de chômeurs en France qui contribuent à la réinsertion des chômeurs et les soutiennent durant ces moments difficiles.

AC !


Le réseau AC !, « Agir ensemble contre le chômage », a été fondé en 1993 après l’appel de 150 militants, syndicalistes et chercheurs. En 1994, ce réseau participait aux grandes marches pour lutter contre le chômage, l’exclusion et la misère. Actuellement, cette association est présente partout en France. Son siège se situe sur la rue Voltaire à Paris 75011.

Pour cette association, c’est indispensable de renforcer la solidarité entre chômeurs et salariés et...d’engager un débat sur la lutte contre le chômage. AC ! exige le partage du travail ainsi que des richesses par une réduction du temps de travail, une reconnaissance des associations de chômeurs et précaires et un revenu décent basé sur le SMIC pour chacun.

APEIS


APEIS ou « Association Pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité » a vu le jour en 1987. Son siège général se situe sur la rue des Couronnes à Paris 75020, mais on dénombre plus de 30 comités en France. Son président d’honneur est Albert Jacquard. Cette association a pour objectif de recevoir les chômeurs et salariés victimes de précarité d’emplois afin de les aider à faire appliquer leurs droits. Cette association est très organisée parce qu’elle est à la fois militante de terrain et soutiens.

L’APEIS a plusieurs revendications, entre autres, le travail est un droit, l’augmentation des minima sociaux, la formation perpétuelle, l’allocation pour les jeunes, l’accès aux loisirs, le transport gratuit pour les chômeurs, l’abolition de la précarité et du chômage et ainsi de suite.

MNCP


Le MNCP ou « Mouvement National des Chômeurs et Précaires » est une association fondée en 1986. Son siège général se situe sur la rue Lancry à Paris 75010, mais elle dispose de plusieurs associations locales dans le pays et sur la Réunion. Elle fonctionne sur le modèle de « maisons de chômeurs, citoyens solidaires et précaires ». Le MNCP lutte pour favoriser la reconnaissance des chômeurs comme étant une force de proposition.

Cette association revendique une économie solidaire qui se fonde sur la répartition des revenus et du travail et qui nécessite un vrai partage des richesses. Elle œuvre également pour une refonte de l’indemnisation du chômage.

CGT


Le CGT ou « Comité National des Chômeurs et Précaires » existe depuis la fin des années 70. Implanté sur la rue de Paris à Montreuil 93100, ce comité dispose de plusieurs associations locales partout en France. Il possède un vrai moyen financier permettant de faire entendre la voix des chômeurs et précaires.

Ses revendications sont aussi nombreuses : droit à un emploi stable et bien rémunéré, droit au revenu décent pour chaque chômeur, droit au logement, droit à une formation diplômante, droit à la santé et aux transports et bien d’autres encore.

Génération précaire


Le mouvement « Génération précaire » a été créé suite à un appel à la grève diffusé sur internet en septembre 2005. Cette association est composée majoritairement de jeunes diplômés à la recherche d’emploi.

Génération précaire possède de nombreuses revendications, telles que la rémunération minimum progressive pour les stagiaires, la favorisation de l’apprentissage, l’insertion des jeunes dans une entreprise et la reconnaissance des jeunes dans l’entreprise.

Photo Pole Emploi (Creative Commons)