Pour les chômeurs en fin de droit et formation qui cessent d’être indemnisés par l’assurance chômage, ils peuvent bénéficier d’un dispositif gouvernemental en collaboration avec une grande partie des partenaires sociaux et qui est destiné à les assister dans leurs situations.

Les conditions d’éligibilité à la formation professionnelle

Selon ce dispositif le pôle emploi propose à ces chômeurs un parcours d’insertion professionnelle qui peut prendre différentes formes à savoir une formation rémunérée, un contrat aidé ou encore un accompagnement renforcé dédié aux...cadres. Pour pouvoir prétendre à un tel programme, il faut que ces personnes aient épuisé leurs droits aux allocations chômage, mais en plus, ils ne profitent plus d’aucune allocation de solidarité comme le RSA, le RMI ou l’allocation de parent isolé. (voir aussi : chomeur et ASS)

Ce qu’il faut faire

Le pôle emploi procède à l’identification des bénéficiaires pour les aviser par courrier et ces derniers doivent retourner un talon-réponse afin de faire connaitre qu’ils souhaitent profiter du plan. Celui-ci leur donnera accès à une formation rémunérée ou un contrat aidé susceptibles de les aider à trouver rapidement un emploi et surtout se sortir d’une situation extrêmement difficile et précaire.

Pour les personnes qui ne peuvent bénéficier d’aucune des solutions préalablement citées, elles peuvent avoir droit à une aide financière mensuelle, à titre exceptionnel, dont la valeur est plafonnée à 460 euros, et ce, pour une durée de six mois.

Pour les demandeurs d’emploi dont les droits à allocation chômage prennent fin alors qu’ils sont toujours en formations ils ont la possibilité de prétendre à une allocation dite rémunération de fin de formation, mais sous réserve, qu’ils remplissent certaines conditions. En effet le demandeur est tenu de suivre l’une des formations sanctionnées par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle listée au RNCP ou qui soit répertorié auprès d’une convention collective nationale de branche ou auprès de la commission paritaire nationale de l’emploi d’une branche professionnelle.

Pour faire sa demande, la personne concernée doit remplir un formulaire auprès de l’agence pôle emploi et en ce qui concerne le montant de l’allocation, il correspond à au montant journalier multiplié par le nombre de jours du mois, plafonné à 652,02 € par mois.

Il faut juste rappeler que dans le cas où le demandeur ne remplit les conditions requises, il ne peut prétendre à aucune de ces aides proposées par le pôle emploi ni à aucune indemnisation correspondante de la part des partenaires sociaux.

Photo Pole Emploi (Creative Commons)