Pour les chômeurs profitant de l’aide au retour à l’emploi et les bénéficiaires du RSA (qui remplace le RMI depuis 2008), qui sont considérés comme des minimas sociaux, ils peuvent améliorer leur quotidien en bénéficiant de certaines réductions et gratuités comme sur la facture EDF, GDF et évidement les transports. Outre la RATP, les chômeurs et les RMIstes ont droit à...une aide aux transports accordée par la SNCF (société nationale des chemins de fer).

Carte Solidarité de la SNCF

Il faut dire qu’en France, l’aide aux transports varie en fonction des régions, car c’est le conseil régional qui prend en charge les frais pour les bénéficiaires du RSA et les chômeurs. C’est pour cette raison qu’il faut régulièrement se renseigner auprès de l’assistance sociale. Pour la région PACA par exemple, la SNCF a mis en place une carte dite Solidarité, proposée aux personnes en situation précaire. Elle leur permet de bénéficier d’une réduction de 90% sur les billets de train dans cette région. Ainsi les RMIstes et les chômeurs de cette région, ne paient donc qu’un euro et quelques centimes pour leurs voyages avec la SNCF.

Chèques mobilité

Un autre dispositif régional est appliqué depuis 1998 par le STIF (syndicat des transports d’Île-de-France), dont bénéficient les Franciliens à revenus faibles. Il s’agit d’attribuer des chèques mobilité dont la valeur est comprise entre 4 et 8 euros et qui permettent aux bénéficiaires d’utiliser les moyens de transports en Ile-de-France. Ces chèques peuvent être utilisés dans les réseaux SNCF. Pour les chômeurs et les RMIstes de la région parisienne, ils reçoivent une fois par an un chéquier mobilité de 112 euros soit 14 chèques de 8 euros.

Pour la grande majorité des autres régions les chômeurs et les bénéficiaires du RSA à la recherche d’un emploi, peuvent utiliser le train pour se rendre à leurs entretiens. Le billet est pris en charge à hauteur de 75% par la région et le reste est assumé par la SNCF.

Photo Pole Emploi (Creative Commons)